Blog

Accueilli les bras grands ouverts

Quand le jardin appelle les enfants

Quand je suis arrivé au Bénin, j’ai eu, dès le lendemain, ma première rencontre avec un club d’enfants. C’était impressionnant de voir tant d’enfants rassemblés à la porte en attendant l’heure pour pouvoir entrer dans la cour où ont lieu les jeux puis l’histoire biblique. Nous recevons au moins 70 (parfois 90, parfois 110) enfants pour chaque rencontre d’évangélisation, deux fois par semaine, les mercredis et samedis après-midi. A peine ils entrent, chacun court pour choisir un jeu. Leur âge varie de 5 à 14 ans. Vu qu’ils sont parfois très nombreux par rapport aux jeux, évidemment les plus grands chercheront à dominer les plus petits, les plus forts chercheront à dominer les plus faibles afin de se faire de la place.

Un moment de partage, d’enseignement et de valeurs à travers les jeux

A chaque séance d’évangélisation nous avons 2 heures reparties de sorte qu’on a un moment pour les jeux (balançoires, ballon…) et un autre moment pour écouter l’histoire et faire les activités bibliques. Comme je l’ai souligné plus haut, vu qu’ils sont nombreux, surtout dans le club que je dirige, j’ai commencé à leur faire faire des rangs afin que chacun puisse avoir accès aux différents jeux. Parfois je choisis des capitaines pour gérer les rangs et avec ma collègue monitrice on passe pour superviser. C’est avec satisfaction que l’on constate, qu’au fur et à mesure, la majorité commence à suivre les règles et nous interpelle pour maintenir l’ordre. Souvent d’autres comprennent facilement qu’il faut laisser aux autres la place de jouer. C’est aussi particulièrement intéressant de remarquer qu’ils mémorisent très bien les jeux bibliques que je fais avec eux en racontant l’histoire biblique.

Un autre fait aussi qui m’a marqué : j’ai travaillé en tant qu’acteur mais je n’ai jamais été aussi populaire dans le monde des enfants. Après deux-trois rencontres d’évangélisation, j’étais vraiment stupéfait de voir qu’en faisant les cents pas dans mon quartier, à peine ais-je parcouru quelques mètres, je vois un enfant qui s’approche pour me saluer. C’est difficile de pouvoir se rappeler de tous les visages. Que le seigneur nous utilise comme des instruments pour parler à leurs cœurs.

La formation des jeunes et des agriculteurs

C’était vraiment une grande joie de me retrouver devant 54 personnes (jeunes, vieux, hommes et femmes) d’un village réunis dans une salle de classe, tous venus pour recevoir une formation en agriculture. Notre thème d’étude était « Le processus de fabrication du compost ». Ils ont participé avec beaucoup d’intérêt en posant de nombreuses questions pour mieux comprendre certaines choses. Que Dieu les aident à mettre en pratique ce que qu’ils sont en train d’apprendre. Actuellement, je forme les habitants d’un village qui s’appelle Tékparou situé à quelques dizaines de kilomètres de la grande ville de Parakou. J’ai commencé aussi à faire un parcours de formation théâtrale avec les jeunes de la ville (Parakou) et dans les jours à venir, je dois aussi leur apporter une formation dans le domaine de la chimie. C’est vraiment un honneur et une grâce que le Seigneur puisse nous utiliser au travers de ce que nous sommes et avons comme compétences.  Gloire à Dieu !

Samuel Hili