Blog

Sa première fois au Paraguay

Je m’appelle Manuel Ledermann. J’ai 22 ans et je viens de Suisse. J’ai effectué une courte mission avec la SIM au Paraguay pendant deux mois et demi. J’ai aidé à diriger des camps et des activités sportives.

Pourquoi es-tu parti ?

La foi en Jésus me remplit personnellement de joie et me donne de la force dans ma vie. Il est pertinent d’en parler à d’autres personnes. La Bible nous demande de témoigner de notre foi, que ce soit ici avec nous ou ailleurs.

Quel a été ton plus grand défi ?

S’installer dans la nouvelle culture a été un grand défi pour moi. Au début, j’ai eu du mal à accepter que certaines choses soient simplement différentes dans ce pays qu’en Suisse. Bien sûr, la semaine dernière a également été très difficile à cause du Coronavirus. J’ai dû décider de mettre fin à la mission au bout de 2 mois et demi et je n’ai eu que quelques heures pour lui dire au revoir.

Si tu devais choisir une histoire ?

J’ai eu l’occasion de faire un entraînement de football avec des enfants locaux. La personne responsable sur place n’a pu me donner aucune information sur le nombre d’enfants qui participeraient, ce qui n’a pas facilité la planification de l’entrainement. Nous nous sommes préparés du mieux que nous pouvions, puis nous sommes partis. C’était excellent. Les enfants ont vraiment apprécié l’entraînement de football, puis ils ont chanté à avec enthousiasme les chansons et ont écouté attentivement l’histoire biblique. Je n’oublierai plus jamais cela. On pouvait sentir comment Dieu dirigeait tout.

De quoi te souviens-tu le plus ?

Lorsque nous sommes entrés à l’intérieur du pays en voiture, on pouvait immédiatement constater les différences. Les maisons ont été construites les habitants, il n’y avait pas d’électricité et pas de voitures ou de motos. On pouvait immédiatement constater la pauvreté qui y régnait. La différence était extrême par rapport au Paraguay que je connaissais jusqu’à présent. Bien sûr, je me souviendrai aussi des expériences que j’ai faites en termes de culture et de bien d’autres histoires que j’ai pu vivre.

Partirais-tu à nouveau ?

Je partirais pour un autre engagement à l’étranger, mais dans un autre pays. Je suis allé en Amérique du Sud parce que je voulais aussi apprendre l’espagnol. Mais là-bas, on parle principalement le guarani. Comme j’aime faire du sport, j’apprécierais m’engager dans ce domaine, par exemple avec Sports Friends, une organisation partenaire de la SIM. Mais le travail de proximité dans un autre pays avec une culture différente et l’aperçu du travail de mission ont été très intéressants et instructifs pour moi. Cela m’a changé personnellement et j’ai pu renforcer ma relation avec Dieu. Je ne peux donc que recommander un court séjour dans un autre pays.